Irlande du Nord : la Première ministre démissionne, victime du Brexit

·2 min de lecture

La Première ministre d'Irlande du Nord, l'unioniste Arlene Foster, a annoncé mercredi sa démission, ouvrant une période d'incertitude politique dans la province britannique. Elle cède à la pression de membres du Parti unioniste démocrate, mécontents de sa gestion du Brexit.

Les effets du Brexit se font de plus en plus sentir en Irlande du Nord. Victime des tensions créées par la sortie de l'Union européenne, la cheffe du gouvernement local, l'unioniste Arlene Foster a annoncé mercredi 28 avril sa démission.

Visée par une fronde au sein de son parti, le DUP, elle a annoncé qu'elle en quitterait la tête fin mai, puis son poste de chef du gouvernement local à la fin juin.

"Une fois qu'il sera élu, je travaillerai avec le nouveau dirigeant sur les arrangements de la transition", a-t-elle précisé dans une déclaration télévisée. "Le futur de l'unionisme et de l'Irlande du Nord ne pourra être trouvé dans la division", a-t-elle averti.

Fronde après la mise en place des contrôles douaniers

Arlene Foster, 50 ans, partisane convaincue de l'union de sa province avec la couronne britannique, était redevenue Première ministre de l'Irlande du Nord en janvier 2020, après avoir dû quitter son poste précédemment, empêtrée dans un scandale sur la gestion des subventions destinées aux énergies renouvelables.

Pendant les négociations sur le Brexit, le rôle de faiseur de roi du DUP au Parlement de Londres, où il assurait une fragile majorité au gouvernement de Theresa May, lui avait permis de peser sur les négociations avec Bruxelles, le parti se prononçant pour une séparation claire et nette avec l'UE.

Mais après la victoire écrasante des conservateurs de Boris Johnson aux législatives de 2019, qui a mis fin au rôle du DUP, cette avocate de formation n'a pu empêcher la mise en place de contrôles douaniers entre l'Irlande du Nord et l'île de Grande-Bretagne.

Cette disposition prévue par l'accord du Brexit crée en mer d'Irlande une frontière douanière pour éviter le retour d'une séparation entre la province et la République d'Irlande, membre de l'UE.

Jugée "timorée" lors d'un vote sur les thérapies de conversion pour homosexuels

Le report de l'essentiel des contrôles décidé unilatéralement par Londres n'a pas empêché la colère des unionistes, provoquant de violentes émeutes début avril.

Goutte d'eau alimentant la fronde contre la cheffe du DUP : la décision d'Arlene Foster de s'abstenir lors du vote en avril, par le Parlement local, d'une motion appelant à interdire les thérapies de conversion pour homosexuels, une attitude jugée trop timide par les plus fondamentalistes de sa formation, à la vision ultraconservatrice au chapitre des mœurs.

Avec AFP