Irlande du Nord: Londres renonce à des élections anticipées cette année

© AFP - DANIEL LEA

Le cauchemar continue en Irlande du Nord puisque le gouvernement britannique vient d’annoncer qu’il ne convoquera pas d'élections anticipées cette année. Pour rappel, les électeurs s’étaient rendus aux urnes le 5 mai et le Sinn Fein républicain était alors devenu le parti le plus important, mais le DUP unioniste refuse de coopérer alors que sans eux l’exécutif ne peut fonctionner, ce sont les accords de paix qui le disent.

Avec notre correspondante dans la région, Laura Taouchanov

C’est une étape de plus dans ce feuilleton politique. Après six mois sans gouvernement, le secrétaire d’État britannique en charge de l’Irlande du Nord devait organiser de nouvelles élections. La date du 15 décembre avait même été soufflée, mais finalement, Chris Heaton Harris fait demi-tour et affirme que non, il n’y aura pas de nouveau vote avant Noël.

C’est pourtant la loi, s’il n’y a pas de gouvernement fonctionnel au bout de six mois, il est obligé d’en organiser un. Il a douze semaines pour le faire, mais avant, Chris Heaton Harris affirme vouloir créer un environnement favorable.

Pas de coopération dans les délais impartis

Il faut dire que les deux principaux partis ne veulent pas de ce retour aux urnes. Selon eux, c’est la faute du gouvernement britannique si on doit en arriver là. Il aurait pu prolonger le délai de six mois, mais ne l’a pas fait. Ils craignent que cela creuse davantage les divisions entre communautés, à savoir les unionistes majoritairement protestants et les républicains principalement catholiques. Mais ils n'ont pas réussi à coopérer dans les délais impartis. Une nouvelle élection devrait être annoncée dans les prochains jours.


Lire la suite sur RFI