Irlande du Nord : les heurts continuent, malgré les appels au calme

En Irlande du Nord, le Brexit fait ressurgir les vieux démons. Cela fait plus d’une semaine que les violences ont éclaté dans cette province du Royaume-Uni. Elles se sont répétées, jeudi 8 avril au soir à Belfast. Mercredi, un bus a été incendié et un peu plus tôt dans la semaine, des affrontements ont été recensés à Londonderry. Les manifestants des deux camps, indépendantistes et unionistes, se sont affrontés avec des jets de cocktails molotov, parfois sur les forces de l’ordre. Des décennies d’affrontements Ces incidents font ressurgir le spectre des décennies d’affrontements qui avaient fait 3 500 morts. Ce sont notamment les conséquences du Brexit qui ont ravivé ces tensions, avec le rétablissement d’une frontière douanière. Non pas entre les deux Irlande, mais entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni. Cela a provoqué des difficultés d’approvisionnement et un sentiment profond de trahison chez les unionistes. Boris Johnson a appelé au dialogue, explique le journaliste de France Télévisions, Matthieu Boisseau, depuis Londres (Royaume-Uni).