En Irlande, de nombreux enseignants LGBT+ vivent dans la peur d'être démasqués

·1 min de lecture

Des milliers de professeurs LGBT+ sont contraints de cacher leur sexualité, alerte le syndicat national des professeurs en Irlande. Ils craignent la discrimination et leur place dans un pays majoritairement catholique. Très peu se sentent suffisamment à l'aise pour être eux-mêmes avec leurs collègues

Avec notre correspondante à Dublin, Laura Taouchanov

Comment parler librement de sa sexualité dans un pays où près de 90% des écoles restent dirigées par l'Église ? Malgré des lois qui prévoient l'égalité des chances en matière d'emploi, des recherches menées par le syndicat des enseignants du primaire montrent que seuls 18 % des enseignants LGBT+ ont déclaré leur orientation sexuelle à leurs collègues en République contre 12 % en Irlande du Nord.

Plus d'inclusion nécessaire

On estime donc qu’environ 4 000 professeurs du primaire ne se sentent pas assez en sécurité pour être eux-mêmes au travail. Lors d’un point presse du syndicat le 21 avril, un enseignant gay a avoué avoir dû cacher la mort de son compagnon à ses collègues, par peur d’être discriminé. D’autres ont affirmé vivre dans la peur que la direction « découvre qui ils étaient vraiment ».

« L’homophobie ne peut pas se déguiser en prétexte religieux ou culturel », alerte le syndicat qui appelle à plus d’inclusion, tant pour les professeurs que pour les élèves.

À écouter aussi : Accents d'Europe : La nouvelle bataille du genre

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles