Irlande: la crise sanitaire entraîne une hausse inquiétante des violences faites aux hommes

·1 min de lecture

La hausse des violences au sein du foyer dans de nombreux pays est l’un des dégâts collatéraux de la crise du coronavirus. Les violences faites aux femmes en font évidemment partie mais les hommes victimes de violence psychologique ou physique chez eux sont également concernés. En Irlande notamment, une association s’inquiète d’une hausse inquiétante.

Avec notre correspondante à Dublin, Emeline Vin

Avec 35% d’appels en plus depuis le début de la pandémie, l’association « Men’s Aid Ireland » tient une ligne téléphonique dédiée aux hommes victimes de violences au sein de leur foyer et s’inquiète de ne plus pouvoir tenir le rythme.

En janvier, au début du troisième confinement irlandais, 80 appels ont sonné dans le vide (plus d’un sur 10), par manque de moyens. C'est d’autant plus alarmant, explique l’organisation, que certains hommes appellent dans un état de détresse avancée, proche de l’automutilation ou du suicide.

« Men’s Aid » témoigne d’une variété de profils : on trouve des hommes de tous âges. Beaucoup ont entre 40 et 55 ans, mais il y aussi des octogénaires, et toutes les professions sont concernées, de l’ouvrier au policier en passant par l’ingénieur. Une quasi-constante demeure : les violences, principalement psychologiques, sont commises à 95% par des partenaires féminines.

La hausse des appels dépasse celle enregistrée par les lignes téléphoniques réservées aux femmes et aux enfants – autour de 25%. « Men’s Aid Ireland » réclame au gouvernement davantage de financements alors que ses subventions n’ont augmenté que de 5 000€ en 2020.