Irlande: les anti-confinement célèbrent la Saint-Patrick

·2 min de lecture

Les Irlandais ont dû passer leur deuxième fête nationale d'affilée, la Saint-Patrick, confinés. Mais tous n’acceptent pas le confinement. Dans un pays qui n’a pas la culture de la manifestation, et pour la deuxième fois en moins d’un mois, une partie de la population a choisi de se réunir - ce qui est illégal en ce moment - pour protester contre les restrictions.

Avec notre correspondante à Dublin, Emeline Vin

De la musique et des bulles de savon : l’ambiance bon enfant tranche avec les pancartes qui assimilent vaccins aux génocides. « C’est dangereux pour certaines personnes, c’est sûr, explique Kirsten, qui a amené ses deux enfants. Mais les jeunes, les personnes en bonne santé, ne devraient pas être enfermées. Mes enfants n’ont pas le droit d’aller jouer avec leurs copains. Ils dépriment. La santé mentale devient un vrai problème ».

Il y a deux semaines police et manifestants s’étaient affrontés dans une manifestation similaire. Damian Soul y était mais ce rassemblement est différent. Pour lui, « la Saint-Patrick, c’est une journée de communion nationale, de force, d’unité. Qu’on nous interdise de la fêter, c’est comme voler Noël aux gosses ».

Beaucoup portent les couleurs de l’Irlande. Aucun des 200 manifestants ne porte de masque. La petite foule hurle de joie à l’arrivée de Dolores Cahill, professeure de médecine et figure des opposants au confinement. « Les porteurs sains, cela n’existe pas ! affirme-t-elle. Ce sont des gens en bonne santé ! La police n’a pas le droit de vous demander où vous allez. Les enseignants n’ont pas le droit d’obliger vos enfants à mettre un masque. Nos enfants n’atteindront jamais leur potentiel intellectuel, car leur cerveau est privé d’oxygène ! »

► À lire aussi : Irlande: une Saint-Patrick virtuelle, faute de mieux