Iran: qui sont les six candidats à la présidentielle anticipée du 28 juin?

Exit l’ancien président ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad, le modéré Ali Larijani ainsi que l’ancien vice-président réformateur Eshagh Jahanguiri : sur les 80 personnes à avoir déposé leur candidature à l'élection présidentielle anticipée iranienne, seules six ont été validées par le Conseil des gardiens de la Constitution. Qui sont-elles ?

1. Mohammad Bagher Ghalibaf

Né en 1961, Mohammad Bagher Ghalibaf est un général du Corps des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique du régime islamique. À 21 ans, il commande une brigade des gardiens. L’année suivante, où commence la guerre entre l’Iran et l’Irak, il est nommé à la tête d’une division, avant de prendre le commandement de l’armée de l’air du Corps des Gardiens. Après les émeutes de 1999, il devient commandant des forces de l’ordre et est chargé de la contrebande.

Maire de Téhéran pendant douze ans de 2005 à 2017, il est accusé, notamment par ses successeurs à la tête de la mairie de Téhéran, d’avoir dilapidé les ressources de la municipalité et de les avoir utilisées pour sa campagne présidentielle. Il est aussi accusé d’avoir contracté des dettes démesurées, trois fois plus que le budget de la municipalité.

Mohammad Bagher Ghalibaf est président du Parlement iranien depuis 2020. Il s’est présenté trois fois à l’élection présidentielle, en vain. En 2005 et en 2013, il est mis en échec. En 2017, il s’est retiré à la dernière minute en faveur de Ebrahim Raïssi.

3. Said Jalili


Lire la suite sur RFI