Iran : retour sur 42 jours d'une contestation historique

Après 42 jours, l'indignation en Iran est encore plus grande. Cela fait plus d'un mois maintenant que les Iraniennes descendent dans la rue au péril de leur vie afin d'exprimer leur colère après la mort de Mahsa Amini, jeune femme arrêtée par la police des mœurs pour infraction au code vestimentaire . Rapidement, les manifestantes ont reçu le soutien des hommes, souvent des étudiants. Un seul combat : la liberté de parler, de s'habiller et d'enlever le voile lorsqu'on est une femme.

>> LIRE AUSSI - "Le régime est devenu encore plus féroce" : en Iran, le moindre contact avec l'étranger peut être réprimandé

Des dizaines de morts et des centaines d'arrestations

C'est justement de là qu'est partie la révolte... un voile mal ajusté. L'histoire commence à Téhéran le 13 septembre dernier. Mahsa Amini, étudiante kurde iranienne en visite avec sa famille, est arrêtée par la police des mœurs. La raison ? Elle ne porte pas correctement son voile. La jeune femme de 22 ans tombe dans le coma après son interpellation et décède trois jours plus tard à l'hôpital. Selon un rapport médical des autorités, son décès serait lié à une maladie . Une version contestée par son entourage, qui affirme que Mahsa Amini est morte à la suite d'un coup à la tête.

La presse s'empare rapidement de l'affaire et dans la foulée, le peuple commence à descendre dans la rue. Les manifestantes scandent les phrases "femmes, vie et liberté" ou encore "mort aux dictateurs", des slogans qui finiront pas s'entend...


Lire la suite sur Europe1