Iran : ce qu'il faut savoir sur la réincarcération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Qui est-elle? Fariba Adelkhah est une anthropologue franco-iranienne, directrice de recherche à Science Po Paris. Elle est autrice de nombreuses publications sur l'Afghanistan ou encore l'Iran et a reçu le prix Irène Joliot-Curie de la Femme scientifique de l'année en 2020. A côté de son activité académique, elle est aussi traductrice de poèmes français en persan. En juillet 2019, alors qu'elle se trouve en Iran, elle est arrêtée par les autorités iraniennes et incarcérée à Téhéran. Elle est soupçonnée d'espionnage contre le régime, un motif jugé absurde par son avocat et les comités de soutien, devenu depuis "atteinte à l'ordre public". Elle reste également poursuivie pour "propagande contre le système" et "complot contre la sûreté nationale".

Une grève de la faim. Elle avait entamé une grève de la faim au côté de la chercheuse australienne Kylie Moore-Gilbert, également détenue en Iran. En septembre 2020, après un an de détention, Fariba Adelkhah est libérée et assignée à résidence avec un bracelet électronique. Depuis mercredi, elle est de nouveau incarcérée à la prison de Téhéran.

Lire aussi - Fariba Adelkhah et Roland Marchal, otages du jeu politique iranien

Un retournement inattendu et dénoncé. "Nous apprenons avec stupeur et indignation la réincarcération dans la prison d'Evin de Fariba Adelkhah", a annoncé son comité de soutien à Paris dans un communiqué. Le texte souligne également la mise en danger de la chercheuse, en pleine pandémie de Covid-19, alors que le poèt...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles