Iran : une première condamnation à mort liée aux « émeutes »

Les manifestations en Iran sont lourdement réprimées.  - Credit:/AP/SIPA / SIPA / /AP/SIPA
Les manifestations en Iran sont lourdement réprimées. - Credit:/AP/SIPA / SIPA / /AP/SIPA

Alors que des manifestations lourdement réprimées ébranlent l'Iran depuis le mois de septembre, l'agence d'autorité judiciaire Mizan Online annonce que, pour la première fois, un participant à ces mobilisations a été condamné à mort. On ignore encore tout de son identité et de son âge, mais un tribunal de Téhéran a prononcé le verdict dimanche 13 novembre : l'individu en question a été jugé coupable « d'avoir incendié un bâtiment gouvernemental, de trouble à l'ordre public, de rassemblement et conspiration en vue de commettre un crime contre la sécurité nationale, d'être un ennemi de Dieu et de corruption sur terre », précise l'agence.

Un autre tribunal de la capitale a condamné cinq personnes à des peines de cinq à dix ans de prison pour « rassemblement et conspiration en vue de commettre des crimes contre la sécurité nationale et trouble à l'ordre public ». Il s'agit de tribunaux de première instance et les condamnés peuvent donc faire appel, précise Mizan.

Près de 2 000 personnes inculpées

L'Iran est secoué par une vague de manifestations depuis la mort, le 16 septembre, de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, arrêtée trois jours plus tôt par la police des mœurs pour avoir enfreint le strict code vestimentaire de la République islamique. La justice iranienne a par ailleurs inculpé près de 800 personnes pour leur participation à de « récentes émeutes » dans les provinces d'Hormozgan, d'Ispahan et de Markazi.

Plus de 2 000 personnes ont été inculpées [...] Lire la suite