Iran: le procureur général annonce la suppression de la police des mœurs

AFP - -

Près de trois mois après le début du mouvement de contestation, suite à la mort de Mahsa Amini en septembre dernier, cette jeune Kurde iranienne lors de sa détention par la police des mœurs, le procureur général iranien a annoncé la disparition de cette police.

avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

« Ceux-là même qui ont créé la police des mœurs l’ont démantelée », a annoncé laconiquement le procureur général du pays, l’hodjatolislam Mohammad Jafar Montazari. Ces dernières années, l’action de la police des mœurs était dénoncée pour des arrestations violentes de jeunes femmes mal voilées.

Connue sous le nom de Gasht-e Ershad qui signifie « patrouilles d’orientation » en persan, la police des moeurs a été créée en 2005 sous l’ancien président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad. Elle est formée d’hommes en uniforme vert et de femmes portant le tchador noir, qui couvre la tête et le haut du corps. Cette unité a commencé ses premières patrouilles en 2006.

Durant toutes ces années, son action a été critiquée par les réformateurs et les modérés, notamment lors du mandat du président Hassan Rohani. Cet été, le président Raissi a annoncé de nouvelles restrictions vestimentaires et donc un renforcement de l’action de cette police. Mais hier, samedi, il a évoqué un possible infléchissement dans la mise en application des lois.

À lire aussi: en Iran, derrière la mort de Mahsa Amini, le soulèvement d'un peuple

Une amende pour port non conforme du voile ?


Lire la suite sur RFI