En Iran, posséder un animal de compagnie pourrait bientôt être interdit par la loi

La possession d'un animal domestique est considéré comme un symbole d'"occidentalisation" dans le pays du Moyen-Orient. Des habitants ont déjà été récemment arrêtés pour avoir promené leur chien.

Chiens, chats et lapins vont-ils être bannis en Iran ? Un projet de loi est en tout cas à l'étude pour interdire aux habitants de posséder un animal domestique, considéré comme un symbole d'"occidentalisation" dans le pays du Moyen-Orient, selon la BBC.

Dans le détail, la loi de Protection des droits des personnes face aux animaux, actuellement étudiée par le Parlement iranien, prévoit d'interdire "l'importation, l'achat, la vente, le transport et la possession" de nombreux animaux domestiques, incluant les chats, les lapins ou encore les tortues. Toute personne y contrevenant encourrait une amende de 790 euros, si la loi est votée.

En Iran, promener un chien constitue un crime

Les restrictions ont déjà débuté: la police iranienne a récemment annoncé que promener un chien constitue désormais un crime dans le pays. La pratique est maintenant interdite au nom de la "sécurité publique".

S'il n'existe aucune "règlementation solide sur la possession de chiens", selon le docteur Ashkan Shemirani, vétérinaire à Téhéran, les forces de l'ordre ont déjà procédé à des arrestations de personnes parce qu'ils "promenaient leur chien ou même le transportaient en voiture". Une "prison" pour les animaux domestiques a été créée, selon le vétérinaire.

Les animaux considérés comme impurs

La possession d'un animal domestique est dans le viseur des élus iraniens depuis plusieurs années déjà. "Les débats sur cette loi ont débuté il y a plus de dix ans quand un groupe de députés iraniens ont essayé de promouvoir une loi destinée à confisquer tous les chiens pour les confier à des zoos ou pour les abandonner dans le désert", explique à la BBC le docteur Payam Mohebi, président de l'association des vétérinaires iraniens.

Depuis, le sujet a continué à revenir régulièrement sur la table en Iran, l'éventualité de "punitions corporelles" pour les propriétaires de chiens ayant notamment été évoquée par les députés.

S'il est courant dans les familles rurales iraniennes de posséder un chien et que le pays a été précurseur au Moyen-Orient en introduisant une loi de protection des animaux en 1948, tout change lors de la révolution islamique de 1979.

Le nouveau régime impose en effet un regard différent sur les animaux domestiques, désormais considérés comme impurs, selon la tradition islamique, et condamnés comme étant un symbole d'"occidentalisation".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Iran : au moins 21 morts dans des inondations dans le sud

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles