En Iran, la peine capitale gagne du terrain

L’Iran a exécuté plus d’une centaine de personnes au cours des trois premiers mois de 2022, d’après un rapport du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, présenté le mardi 21 juin, rapporte la version arabophone du média britannique Independent Arabia.

Environ 260 personnes avaient été exécutées en 2020, et 310 personnes en 2021. Au cours du premier trimestre de 2022, “au moins 105 personnes ont été exécutées, et nombre d’entre elles appartenaient à des minorités”, a indiqué la haute-commissaire adjointe des Nations unies aux droits de l’homme, Nada Al-Nashif, citée par le média.

Selon le rapport, le nombre d’exécutions en Iran a augmenté, y compris pour des crimes d’un niveau de gravité moindre, comme ceux liés à la drogue. “La peine de mort continue d’être imposée [en Iran] sur la base d’accusations ne portant pas sur les crimes les plus graves, et de manière contraire aux normes d’équité des procès”, a déploré la responsable onusienne.

Ainsi, condamnations à la peine de mort et exécutions se poursuivent, souligne Independent Arabia. Le cas le plus récent remonte au 7 juin 2022, lorsque la justice iranienne a condamné à la peine capitale un homme de 21 ans accusé du meurtre, deux mois plus tôt, de deux religieux dans la ville de Mashhad, dans le nord-ouest du pays.

Une hausse de 20 % en 2021

L’assouplissement des restrictions pour lutter contre le Covid-19 a coïncidé avec une “hausse inquiétante” des exécutions dans le monde en 2021, a affirmé en mai dernier Amnesty International, alors que l’Iran enregistrait le plus grand nombre d’exécutions depuis 2017.

L’année dernière, au moins 579 exécutions ont eu lieu dans 18 pays, soit une augmentation de 20 % par rapport à 2020. Plus de 2 000 personnes ont été condamnées à mort dans 56 pays, selon l’ONG, qui n’inclut pas dans son calcul les personnes exécutées en Chine ou en Corée du Nord, dont le nombre a été estimé à part, précise le journal.

Le rapport se félicite toutefois des réformes menées par quelques États, dont la Sierra Leone, le Kazakhstan et l’État américain de Virginie, qui ont aboli la peine de mort ces deux dernières années, ainsi que la Malaisie, qui a promis des réformes législatives sur la question. Les États-Unis ont enregistré le plus faible nombre d’exécutions sur leur sol depuis 1988.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles