Iran: Paris pose la question d'un retour des sanctions de l’ONU

Alors que Téhéran est fortement critiqué pour la répression sanglante des manifestations en interne, sur la scène internationale la situation ne s'arrange pas. Jusqu'à présent l'Europe, et en particulier la France, tentait de sauver l'accord sur le nucléaire malgré le retrait des États unis. Mais ce mercredi Paris s’est ouvertement interrogé sur un retour des sanctions de l'ONU sur l'Iran.

Selon le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian,  tous les efforts de désescalades du président français ont échoué face à des ruptures répétées de l'Iran avec ses obligations dans le cadre de l'accord sur le nucléaire.

« On s'interroge aujourd'hui sur la mise en oeuvre du mécanisme des réglements des différends qui est prévu dans le traité, a déclaré le ministre. La question se pose. Nous avons tenté plusieurs initiatives qui aujourd'hui sont un peu sur le retrait, dans la mesure où nous avons des Français qui sont emprisonnés. Par ailleurs, nous avons pu constater de la part des autorités iraniennes des attaques régionales qui ont été menées, y compris contre l'Arabie saoudite. Parallèlement à cela, je constate l'ampleur des manifestations qui ont lieu aujourd'hui. Nous avons condamné très clairement la répression très grave qui a été menée par les autorités iraniennes. »

Le mécanisme de règlement des différends prévu par le traité comprend de nombreuses étapes. Plusieurs mois donc avant d'en arriver en ultime ressort à un vote au Conseil de sécurité des Nations unies pour décider ou non d'un retour des sanctions.

→ À lire aussi : [Témoignage] Iran: «Le pouvoir ferme les portes à tout compromis possible»