Israël: Netanyahu fustige l'adhésion de nouveaux pays européens à l'Instex

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu fustige l'adhésion de nouveaux pays européens au mécanisme de troc Instex, créé par les Européens. Et il fait un lien avec les manifestations qui ont lieu en ce moment en Iran et qui sont sévèrement réprimées par les autorités locales.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Israël dénonce l’adhésion de six nouveaux pays européens au mécanisme de troc Instex créé début 2019 par les Européens pour contourner les sanctions américaines imposées à l’Iran en évitant d’utiliser le dollar.

« Pendant que le Moyen-Orient se tient debout avec bravoure contre l'Iran et ses hommes de main, il se passe quelque chose d'absurde : des pays en Europe tentent de contourner les sanctions américaines contre l'Iran », a déclaré dimanche soir Benyamin Netanyahu.

« Ces pays européens devraient avoir honte d'eux-mêmes. N'ont-ils rien appris de l'Histoire. Apparemment non. Ils permettent à un pays fanatique de développer des armes nucléaires et des missiles balistiques. Et ils amènent sur eux-mêmes un désastre. Et aussi sur tout le reste du monde. Le temps est venu de changer de cap », a ajouté Benyamin Netanyahu. 

Fondé par la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, l'Instex (Instrument de soutien aux transactions commerciales) n'a jusqu'à présent favorisé aucune transaction, mais est régulièrement critiqué par Israël. De son côté, le ministère israélien des Affaires étrangères a soutenu dans un communiqué que l’adhésion de la Belgique, du Danemark, de la Finlande, des Pays-Bas, de la Norvège et de la Suède à cet accord ne pouvait pas intervenir à un pire moment.