Iran: «Ils n’ont pas honte d’avoir assassiné quelqu’un au nom de lois aussi injustifiables»

La vague de manifestations se poursuit en Iran, après la mort violente d’une jeune Iranienne, Mahsa Amini, décédée peu après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs. Au moins six personnes ont perdu la vie dans les manifestations qui ont éclaté dans plusieurs régions d’Iran, selon les autorités qui ne précisent pas les circonstances de ces décès. RFI a recueilli le témoignage d’une Iranienne qui observe au plus près ce qui se passe dans sa ville de Téhéran et qui affiche sa solidarité avec les manifestants.

« J’observe une grande solidarité entre les hommes et les femmes. Des hommes qui soutiennent les femmes et qui sont solidaires de ce mouvement », note cette Iranienne qui nous répond anonymement pour des raisons de sécurité. Elle n’a pas participé aux rassemblements de ces derniers jours à Téhéran, mais elle décèle « un moment critique : il ne s’agit de gens qui se révoltent, car l’économie est en ruines. Il s’agit des fondements même de la République islamique. »

C’est en effet la loi iranienne qui impose aux femmes de porter un foulard dans l’espace public. Et c’est au nom de cette obligation que le 13 septembre dernier, la police des mœurs a arrêté Mahsa Amini. Selon des témoins, ce sont les coups portés au moment de son interpellation qui ont coûté la vie à la jeune femme.

« J’ai vu des femmes de plus en plus nombreuses à dédaigner le hijab »


Lire la suite sur RFI