Iran: en marge du football, nouvelles manifestations au Balouchistan

AP - Francisco Seco

Alors que des Iraniens sont descendus dans les rues de Téhéran pour célébrer la victoire de leur équipe nationale de football, ce vendredi 25 novembre, pour leur deuxième match au Mondial du Qatar, de nouvelles manifestations ont également eu lieu dans la province du Sistan-et-Balouchistan. Elles ont été réprimées dans la violence, selon des militants qui parlent de plusieurs victimes.

Alors que la République d'Iran battait le Pays de Galles au Mondial de football 2022 à Doha, et que la population descendait dans la rue pour exprimer sa joie, le mouvement de contestation contre le régime continue, deux mois et demi après la mort de Mahsa Amini, jeune femme arrêtée pour un voile mal mis.

Inlassablement le vendredi, les manifestants descendent dans la rue à Zahedan, mais aussi Khash ou Saravan, des villes du Balouchistan. Cette province à majorité sunnite, dans un pays largement chiite, se mobilise depuis le début du mouvement pour soutenir ses « frères du Kurdistan ».

C'est en tout cas ce qu'on peut entendre dans les slogans scandés lors des manifestations ; manifestations réprimées une fois de plus dans la violence ce jour, si l'on en croit les témoignages de certains militants et les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux.

Du côté du Kurdistan, région d'où était originaire Mahsa Amini, la tension reste forte. Les Gardiens de la révolution, bras armé du régime iranien, ont annoncé qu'ils envoyaient des unités blindées et des forces spéciales de l'armée de terre sur place, pour renforcer la frontière entre l'Iran et l'Irak.


Lire la suite sur RFI