Iran: l'ONU envisage de lancer une enquête internationale

AFP - JOE KLAMAR

L’Iran se retrouve dans le viseur du Conseil des droits de l’homme. L’organe des Nations unies est réuni ce jeudi 24 novembre en session spéciale au sujet de la répression du mouvement de contestation né après la mort de Mahsa Amini. La « répression sanglante doit cesser », a dit le nouveau Haut-commissaire aux droits de l’homme Volker Türk. En jeu : la création d’une mission d’enquête internationale, un véritable test de crédibilité pour le Conseil.

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

Pour sa première prise de parole devant le Conseil des droits de l’homme, Volker Türk n’a pas mâché ses mots contre le régime des mollahs. Enfants tués par les forces de sécurité, femmes battues en pleine rue, arrestations en masse et harcèlement des familles de victimes, le Haut-commissaire a fait l’inventaire des exactions commises par les autorités.

► À écouter aussi : Iran: quelle issue pour le mouvement de protestation?

Un symbole fort pour les Occidentaux

Il a appelé Téhéran à entendre les revendications de changement « légitimes » de la société iranienne, d’autant qu’elle les exprime depuis bien longtemps. « On a vu ces dernières années les Iraniens manifester pour la justice, l’égalité, la dignité et le respect des droits de l’homme, a affirmé Volker Türk. La seule réponse des autorités a été la violence et la répression. Les vieilles méthodes et la mentalité de forteresse assiégée de ceux qui sont au pouvoir ne marche pas. Ça ne fait qu’aggraver la situation. »


Lire la suite sur RFI