Iran : l'héroïsme des femmes

© DR

Iran : l'héroïsme des femmes

Les cheveux de Roya Piraie ont un peu repoussé, sa peine et son courroux sont toujours aussi vifs. Diffusé sur les réseaux sociaux, le geste de cette étudiante en architecture de 25 ans est devenu le symbole du sacrifice auquel le peuple d’Iran est prêt pour recouvrer sa liberté. Obligée de fuir son pays, Roya ne compte pas se taire : « Je veux être la voix de ma mère et de tous ceux que la République islamique a réduits au silence. » De passage à Paris, à l’initiative de Justice pour les Kurdes, l’ONG créée en 2018 par Thomas S. Kaplan et Bernard-Henri Lévy, elle a raconté son histoire à Match, avant de rencontrer le président Macron.

Un extrait :

« …. La chanson « Barayé », symbole de la résistance, est jouée tel un classique à la guitare dans le métro de Téhéran avant d’être reprise en chœur par toute la rame – y compris par une passagère en tchador. « Nous n’avons jamais été aussi unis, souligne Roya. Il faut maintenant que le reste du monde nous aide, qu’il isole commercialement et diplomatiquement les Gardiens de la révolution comme il l’a fait avec Poutine…»

Récit Justin Pantel

Kherson martyrisé et libéré !

Désormais, ils auront aussi leur 11 Novembre : la date à laquelle les premières forces spéciales ukrainiennes sont entrées dans Kherson, capitale de l’oblast « annexé » après une parodie de référendum. En obligeant les Russes, privés de leurs lignes d’approvisionnement, à se replier de l’autre côté du Dniepr, les Ukrainiens s’of...


Lire la suite sur ParisMatch