L'Iran affirme avoir "confisqué" un pétrolier britannique dans le détroit d'Ormuz, un autre navire saisi puis relâché

franceinfo avec AFP
D'après son propriétaire britannique, le second navire, au pavillon libérien, a été relâché.

La tension risque de monter encore d'un cran dans le détroit d'Ormuz. Les Gardiens de la Révolution iraniens ont annoncé, vendredi 19 juillet, avoir "confisqué" un pétrolier battant pavillon britannique, le Stena Impero. Le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, Jeremy Hunt, qui s'est dit "préoccupé", a mentionné une seconde saisie, d'un navire portant le pavillon du Liberia. Mais le propriétaire de ce dernier affirme qu'il a été relâché depuis.

L'Iran accuse de "non-respect du code maritime international"

"Les communications ont été rétablies avec le navire. Le commandant a confirmé que les gardes armés l'avaient quitté et que le navire était libre de poursuivre sa route", a expliqué l'entreprise britannique Norbulk Shipping, propriétaire de ce navire libérien. "Tous les membres de l'équipage sont sains et saufs", a-t-elle ajouté.

En revanche, l'entreprise suédoise Stena Bulk, propriétaire du navire à pavillon britannique, a affirmé être "actuellement incapables de contacter le navire qui fait route vers le nord en direction de l'Iran". Le bâtiment "a été attaqué par de petits aéronefs et un hélicoptère non identifiés en transitant par le détroit d'Ormuz dans les eaux internationales", a-t-elle rapporté.

Les Gardiens de la Révolution, qui n'ont annoncé la saisie que de ce navire britannique, l'ont accusé de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi