Iran: face à la répression des manifestations, «les gens tentent d'autres formes d'actions»

AP - Emrah Gurel

Les autorités iraniennes ont ordonné mercredi une enquête après la diffusion d'une vidéo montrant des policiers frappant violemment un homme. Malgré la brutalité de la répression, les manifestations se poursuivent, comme en témoigne une habitante de Téhéran.

Les images venues d'Iran sont difficilement soutenables. Comme cette vidéo, prise avec un téléphone portable et publiée sur les réseaux sociaux, qui montre une dizaine de membres des forces de sécurité assénant des coups de matraque et de pied à un homme au sol. L'homme tente au début de se protéger la tête avec ses mains mais les policiers continuent de le frapper. On entend le bruit d'un tir puis un policier semble rouler sur lui avec sa moto. La brigade abandonne finalement le corps inanimé.

Malgré la violence de la répression, qui a fait au moins 277 morts, selon l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, les protestations pour demander la fin du régime islamique ne faiblissent pas. La colère est toujours vive un mois et demi après la mort de Mahsa Amini, cette jeune femme retrouvée morte après avoir été arrêtée pour un voile mal mis.

Des milliers de personnes auraient été arrêtées en Iran depuis le 16 septembre. La justice a fait état de 1 000 personnes d'ores et déjà inculpées pour leur participation aux « émeutes », le terme utilisé par les autorités pour désigner les manifestations.


Lire la suite sur RFI