Iran-Etats Unis : "Chacun veut arriver avec la plus grande marge de manœuvre possible"

·1 min de lecture

Pour relancer l'accord sur le nucléaire de 2015, l'Iran met l'administration Biden sous pression. En multipliant les entorses, elle souhaite faire revenir les États-Unis à la table des négociations, qu'ils avaient quittée en 2018. Jeudi, Washington a accepté une invitation de l'UE à des pourparlers avec Téhéran.

Le 8 mai 2018, à la suite de la sortie unilatérale américaine de l'accord sur le nucléaire iranien (JCPoA), l'administration Trump a décidé d'appliquer de lourdes sanctions économiques contre l'Iran. Le pays a alors connu une crise économique sans précédent. Pourtant ni l'inflation galopante, ni l'assassinat du général Soleimani en Irak, le 3 janvier 2019, ni la politique de pression maximale, ne sont parvenus à mettre le pays des Mollahs à genoux. L'élection de Joe Biden est arrivée comme une aubaine pour le gouvernement Rohani, dont l'isolement stratégique a épuisé le pays. Aujourd'hui, l'Iran met à son tour la pression sur les États-Unis en continuant à enrichir de l'uranium, dans le but de faire revenir la superpuissance à la table des négociations.Initialement cet accord encadrait l’enrichissement de l'uranium et la production de plutonium iranien, tout en renforçant les inspections par l’agence internationale de l’énergie atomique (AEIEA). En retour, les Nations Unies, l'UE et les États-Unis devaient s'engager à lever les sanctions qui étouffent l’économie iranienne notamment sur les plans financiers, énergétique et transport.Vendredi, Téhéran a...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Aux États-Unis, des centres commerciaux convertis en églises, maisons de retraite… et hangars Amazon

Nord Stream 2 : brouille diplomatique et partie d'échecs entre la Russie, l'Allemagne, les États-Unis et la France

Ventes d'armes françaises aux "États voyous" : qu'en pense la grande muette ?

État-Religion : six bras de fer en six siècles

Qu’est-ce que l’État et à quoi sert-il ?