Iran : enquête sur cet "Internet halal" qui conduit vers un régime totalitaire

Il n’est donc pas impossible d’imaginer que dans un futur proche, la peur des représailles pousse les dissidents à se taire, sans que personne ne s’en aperçoive... Ce jour-là un grand pas serait franchi vers un totalitarisme implacable, à l'iranienne.

« Le Réseau National de l’Information » ( RNI), plus communément connu sous le nom d’« Internet National », est un vieux rêve de la République islamique d’Iran. D’un projet utopiste pour ne pas dire irréalisable, c’est devenu une structure pragmatique, intelligente et effrayante.

Le RNI a pour but de créer un réseau dans lequel les internautes iraniens n’auront accès qu’aux services et logiciels nationaux ou aux contenus autorisés. « C’est un projet sécuritaire, politique et économique, » explique Kaveh Azarhoosh, chercheur spécialiste de la politique numérique à Small Media Foundation, « un projet protectionniste selon les autorités iraniennes qu’elles justifient avant tout pour renforcer la cybersécurité et déjouer les attaques israéliennes et américaines.”

L’objectif est aussi de se préserver de ‘l'invasion culturelle’, l’une des obsessions du guide suprême Ali Khamenei. Il l’explique ainsi en décembre 2013 : « Nous allons vers un monde interconnecté. Nous ne pouvons pas simplement nous entourer de barbelés et dire que rien ne nous atteindra [...] Nous ne devons pas seulement nous défendre, mais aussi prendre une position offensive. La passivité est le pire des actes face à une culture offensive. » Un combat où le RNI serait l’arme ultime pour empêcher la propagation des ‘valeurs occidentales’.

Les autorités, afin de développer l‘

Lire la suite