Iran: deux Français arrêtés, Téhéran pratique la «diplomatie des otages» selon Jonathan Piron

Deux ressortissants français ont été arrêtés en Iran, le ministère français des Affaires étrangères l'a confirmé hier jeudi et Paris demande leur libération immédiate. De nombreux ressortissants étrangers sont détenus en Iran pour des motifs que les capitales occidentales jugent politiques. Or deux affaires judiciaires récentes impliquent des Iraniens en Europe.

Deux ressortissants français ont été arrêtés en Iran, une enseignante, responsable syndicale, et son compagnon. Ils sont accusés par Téhéran d'être « entrés dans le pays dans le but de déclencher le chaos et de déstabiliser la société ». Une arrestation qualifiée de provocation par une source diplomatique.

À lire aussi : L’Iran arrête deux Français, Paris demande leur «libération immédiate»

Plusieurs ressortissants étrangers sont détenus en Iran, parmi eux les Français Benjamin Brière et Fariba Adelkhah. Ces nouvelles arrestations s'inscrivent dans une stratégie de Téhéran parfois qualifiée de « diplomatie des otages », ce sont les termes de Jonathan Piron, historien spécialiste de l'Iran au centre de recherche Etopia de Bruxelles, qui nous rappelle le contexte de ces arrestations, au micro de Juliette Gheerbrant du service Monde. « On est en fait ici dans une situation assez délicate, car avant-hier a lieu en Belgique - à Anvers-, la confirmation en appel de la condamnation de plusieurs Iraniens dans le cadre de l’attentat manqué contre le congrès des Moudjahidines du peuple à Villepinte ». Fin juin 2018, une bombe aurait dû exploser lors d’un meeting du Conseil national de la résistance iranienne, une coalition de mouvements opposés aux autorités de Téhéran dont l'organisation des Moudjahidines du peuple est l'une des composantes, à Villepinte, en banlieue parisienne. Le projet d’attaque a été déjoué in extremis par les services de police belge, à Bruxelles, le jour où la bombe devait être acheminée en France. Quatre personnes avaient été interpellées et mardi 10 mai, la cour d'appel d'Anvers a condamné trois prévenus d'origine iranienne pour leur rôle dans le projet d'attentat.

À lire aussi : Paris accuse l’Iran de l’attentat déjoué à Villepinte et gèle des avoirs

Trois Belgo-Iraniens ont été condamnés à des peines de 17 et 18 ans de prison et tous trois ont été également déchus de leur nationalité belge, selon l'arrêt rendu par la cour d'appel d'Anvers (nord), transmis à la presse et rapporté par l'AFP.

Et l'affaire Hamid Noury en Suède

« On est vraiment encore une fois dans une tension, poursuit Jonathan Piron, et la condamnation aussi récemment de Benjamin Brière [à 8 ans de prison en janvier 2022 NDLR] s’appliquait dans (le cadre de) cette tension-là. » Car début mai, rappelle le chercheur, « il y a eu aussi, en Suède, la condamnation d’un ancien tortionnaire de la prison d’Evin en Iran, Noury qui était poursuivi pour crimes de guerre et pour meurtres justement perpétrés durant les années 80 en Iran. » Hamid Noury, 61 ans, a été arrêté en novembre 2019 lors d'un voyage à Stockholm après que des dissidents iraniens eurent déposé des plaintes contre lui, rappelle l'AFP. Le parquet a requis le 4 mai la prison à perpétuité et le verdict sera rendu à la mi-juillet. Et le 6 mai, on apprenait l'arrestation d'un jeune Suédois à Téhéran. Le ministère suédois des Affaires étrangères a mis en garde les Suédois contre les voyages non essentiels en Iran d'autant qu'un autre dossier complique les relations entre les deux pays : l'exécution annoncée d'un ressortissant irano-suédois d'ici le 21 mai : l'universitaire irano-suédois Ahmadreza Djalali, a été condamné à mort en 2017, accusé d'avoir transmis au Mossad --les services de renseignement israélien-- des informations sur deux responsables du programme nucléaire iranien, ce qui aurait permis leur assassinat entre 2010 et 2012.

« On voit ici qu’il y a une espèce de diplomatie des otages qui se fait sur deux dossiers différents, le dossier de la condamnation en Suède et également le dossier de condamnation en Belgique, pour un attentat déjoué en France », conclut Jonathan Piron.

et avec agences

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles