Iran : deux condamnés à mort exécutés malgré les nombreux soutiens

© DR

La justice iranienne a annoncé la pendaison samedi de deux hommes reconnus coupables d’avoir tué un paramilitaire lors des manifestations déclenchées par le décès en détention de la jeune irano-kurde Mahsa Amini.

"Mohammad Mehdi Karami et Seyed Mohammad Hosseini, les principaux auteurs du crime qui a conduit au martyre de Rouhollah Ajamian, ont été pendus ce matin" samedi, a indiqué l'agence de l'autorité judiciaire Mizan Online.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Les deux hommes étaient accusés d'avoir tué ce membre de la milice des Bassidji, liée aux Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique d'Iran, le 3 novembre à Karaj, à l'ouest de Téhéran.

Le tribunal de la première instance les avait condamnés à mort le 4 décembre et la Cour suprême d'Iran avait confirmé le 3 janvier leurs peines.

Le désespoir d'un père

Depuis le début du mouvement de contestation, la justice a condamné à mort 14 personnes en lien avec les manifestations, selon un décompte de l'AFP basé sur des informations officielles. Parmi elles, quatre ont été exécutées, deux ont vu leur peine confirmée par la Cour suprême, six attendent de nouveaux procès et deux autres peuvent faire appel.

À lire aussi Iran : la jeunesse crie liberté, la culture est emprisonnée

Des militants assurent que des dizaines d'autres personnes font face à des accusations passibles de la peine de mort.

L'Iran a été secoué par des manifestations depuis la mort de Mahsa Amini le 16 septembre à la suite de son arrestation pour violation du code vestime...


Lire la suite sur ParisMatch