Iran: derrière la mort de Mahsa Amini, le soulèvement d'un peuple

Depuis la mort troublante le vendredi 16 septembre de Mahsa Amini, jeune Iranienne de 22 ans arrêtée par la police des mœurs, le peuple d’Iran bat le pavé pour se soulever contre son système islamique. Des manifestations d’une grande ampleur ont éclaté dans tout le pays pour lutter contre la répression que subit toute la société. Un élan de colère grandissant qui se heurte pourtant à de nombreux obstacles pour espérer déstabiliser le pouvoir en place.

Poings levés, le regard fier. Ce sont les images et vidéos qui circulent depuis une semaine : des femmes qui scandent des slogans contre le régime islamique iranien, qui se découvrent la chevelure, se coupent les cheveux et laissent parfois brûler leur hijab. Des Iraniens qui tiennent tête à la police et qui bravent la répression. Des milliers de femmes et d’hommes, réunis dans les rues pour protester contre le régime et rendre hommage à Mahsa Amini.

► À écouter aussi : Mahsa Amini, symbole de l'oppression des femmes en Iran

L’objet de leur contestation : la police des mœurs, une brigade qui surveille le strict respect des règles vestimentaires, notamment le port du hijab obligatoire. Depuis l’arrivée de l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi à la tête du pays en juillet 2021, les contrôles effectués par cette « patrouille d’orientation », aussi nommée la Gasht-e Ershad, se sont drastiquement renforcés.

► À lire aussi : Mort de Mahsa Amini en Iran: «Ce régime a échoué à islamiser la société»


Lire la suite sur RFI