Iran : cinq nouvelles condamnations à mort liées aux manifestations

© ATTA KENARE / AFP

La justice iranienne a annoncé mardi avoir prononcé la peine capitale à l'encontre de cinq personnes pour avoir tué un paramilitaire lors des manifestations déclenchées par la mort de Mahsa Amini, portant à onze le nombre de condamnations à mort dans le cadre de ces troubles.

L'Iran est le théâtre de manifestations déclenchées par la mort le 16 septembre de cette Kurde iranienne de 22 ans décédée après son arrestation par la police des moeurs pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique prévoyant notamment le port du voile pour les femmes.

À lire aussi L'Iran annonce l'abolition de la police des moeurs

Les cinq condamnés à la peine capitale ont été reconnus coupables lundi de la mort de Ruhollah Ajamian, membre de la milice Bassidj, liée aux Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de la République islamique, a déclaré lors d'une conférence de presse Massoud Setayeshi.

Ils étaient accusés de "corruption sur terre", l'un des chefs d'accusation les plus graves du code pénal iranien, de "crimes contre la sécurité du pays, contre l'intégrité physique des personnes et de graves troubles à l'ordre public".

Par ailleurs, onze personnes, dont trois mineurs, ont été condamnées à de "longues peines d'emprisonnement", a ajouté M. Setayeshi.

Une femme a été également condamnée mais il n'a pas précisé sa peine.

Ces jugements sont susceptibles d'appel devant la Cour suprême, mais il est rare que cette instance revienne sur une condamnati...


Lire la suite sur ParisMatch