Iran, Afghanistan, Irak... Trump veut-il se lancer dans une politique de la terre brûlée ?

·1 min de lecture

La tentation de la politique de la terre brûlée ? Battu dans les urnes, quand bien même il refuse toujours de le reconnaître, Donald Trump tente-t-il de réduire la marge de manœuvre diplomatique à l'international de Joe Biden ? Tout porte à le croire au vu des dernières volontés militaires du locataire de la Maison-Blanche. Jeudi dernier dans le bureau ovale, en présence du vice-président Mike Pence, le chef d’état-major Mark Milley et le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, Donald Trump a demandé s'il était possible bombarder un ou plusieurs centres nucléaires iraniens, rapporte le New York Times

Empêcher Joe Biden de négocier avec Téhéran

Une décision lourde de conséquences si elle avait été mise en place, qui est peut-être à mettre en parallèle avec la promesse de Joe Biden de reprendre les négociations avec l'Iran dès sa prise de fonction. Voilà qui est bien difficile à accepter pour Donald Trump, qui a fait de Téhéran son ennemi juré sur la scène internationale. Frapper l'Iran juste avant de rendre les clés du pays rendrait donc impossible pour Joe Biden toute relance des négociations avec ce pays. 

Rapatrier des soldats de plusieurs fronts

Derrière l'interrogation de Donald Trump de frapper l'Iran, probablement le site iranien d’enrichissement d’uranium basé à Natanz, au sud de Téhéran, se profile peut-être la tentation de la politique de la terre brûlée. D'autant que le milliardaire républicain a mis en place d'autres décisions militaires tout aussi radicales ailleurs dans ...


Lire la suite sur Europe1