Irak: les premières victimes yézidies du charnier de Kocho identifiées

·2 min de lecture

En Irak, les premières victimes yézidies identifiées parmi celles retrouvées dans 17 charniers de Daech au nord de l'Irak seront enterrées dans la région de Sinjar. Nadia Murad, prix Nobel de la paix et ancienne esclave sexuelle sous Daech, est attendue sur place. Une étape importante dans l'après-Daech, pour que ces familles commencent leur période de deuil et que le processus de justice se mette en marche. Depuis 2019, ces corps sont analysés dans l'institut médico-légal de Bagdad.

Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann

À l'institut médico-légal de Bagdad, une trentaine de médecins analysent les derniers ossements retrouvés dans des charniers au nord de l'Irak. Devant eux, des squelettes humains recouvrent de larges tables métalliques.

« Lorsqu’on analyse ces restes humains, on dresse ce qu’on appelle un profil anthropologique : on détermine le sexe, l’âge et la taille pour chaque cas, explique le Dr. Mohammed Ihsan, chef du département d’anthropologie de l’institut médico-légal de Bagdad.

Tout est analysé, ici, y compris les vêtements. « Ces vêtements, ce petit t-shirt, appartient à un jeune garçon. En analysant les os qui correspondent à ce cas, on peut aussi estimer que la victime a moins de 17 ans », poursuit le Dr Ihsan, qui est à la tête de cette équipe.

Des tests ADN sont également réalisés puis comparés à ceux de la population locale pour tenter d'obtenir des correspondances. Mais dans le cas des Yézidis, les résultats sont faibles, souligne le Dr. Mohammed Majdi, en charge de ces analyses au département des fosses communes : « Parfois pour les disparus de Kocho, plus d’un membre de la famille a disparu. Il ne reste qu’une seule personne en vie, donc il est très difficile d’identifier ces personnes. »

Sur plus de 500 corps retrouvés autour de Kocho et analysés ces dernières années, 104 ont pu être identifiés. Le début d'un long travail en Irak, où Daech aurait laissé selon l'ONU plus de 200 charniers, renfermant jusqu'à 1 000 corps.

À écouter aussi : Sinjar, 5 ans après la chute de Daech