Irak: les partisans de Moqtada al-Sadr quittent la «zone verte» à Bagdad après l'appel de leur chef

Au moins 23 personnes sont mortes depuis lundi dans des affrontements entre militants de Moqtada al-Sadr et des forces loyales au gouvernement dans la « zone verte » de Bagdad après l’annonce par le chef religieux de son retrait de la vie politique. Mais le dirigeant est intervenu ce mardi 30 août, appelant ses partisans à rentrer chez eux.

Avec nos envoyés spéciaux en Irak, Guilhem Delteil et Bertrand Haeckler

Le chef religieux a pris la parole à la mi-journée, mardi, dans son fief de Najaf, au sud de Bagdad. « Si tous les membres du Courant sadriste ne se retirent pas dans les 60 minutes de partout, même du sit-in [devant le Parlement], je les désavouerai », a lancé sur un ton ferme Moqtada al-Sadr lors d'une conférence de presse. Il a présenté ses excuses au peuple irakien, seul affecté par les événements, dit-il. « L’Irak doit désormais combattre la corruption et la violence », a-t-il regretté. Et il a donné donc 60 minutes à ses partisans pour rentrer chez eux, faute de quoi ils les désavoueraient, a-t-il affirmé.

Les foules quittent les lieux

Mais les pro-Sadr n’ont pas attendu l’expiration de ce délai. Très rapidement, les foules ont commencé à quitter les lieux. L’armée a également levé le couvre-feu imposé au pays depuis lundi dans les minutes qui ont suivi. Le président du Parlement, Mohammed al-Halboussi, a remercié Moqtada al-Sadr pour son intervention.


Lire la suite sur RFI