Irak: deux touristes européens face à la justice pour trafic d'antiquités

Ce lundi, un Britannique et un Allemand seront entendus devant un tribunal de Bagdad. Ils ont été arrêtés le 20 mars dernier en possession de fragments de poteries et sont accusés de pillage. Un crime passible de la peine de mort dans le pays.

Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann

L'un des accusés est un géologue britannique de 66 ans. L'autre, un psychologue allemand, de 60 ans. Les deux hommes ne se connaissaient pas. Ils se sont rencontrés en Irak, lors de ce voyage organisé, où ils ont fait l'erreur de ramasser quelques pierres et fragments de poterie autour de sites archéologiques. Le début d'une descente aux enfers, car lorsqu'ils souhaitent quitter le pays le 20 mars, les douanes repèrent ces fragments et arrêtent les deux Européens.

Après trois mois d'incarcération, ils devraient connaître le jugement de la Cour irakienne ce lundi, qui peut aller jusqu'à la peine de mort. Leurs avocats sont toutefois confiants et veulent plaider la bonne foi de leurs clients. Ils soulignent que personne ne leur avait signifié l'interdiction de ramasser ces objets, et qu'il n'y avait ni panneau, ni clôture, pour les en alerter.

Faire un exemple

Mais les autorités irakiennes sont résolues à stopper ces pillages. Elles pourraient utiliser ce procès comme exemple, pour dissuader toute personne, en particulier les touristes, de plus en plus nombreux dans le pays, de faire disparaître ces antiquités, même les plus petites, qui composent toute l'identité culturelle du pays.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles