Irak: à Bagdad, la «zone verte» à nouveau prise pour cible

En Irak, à Bagdad, la « zone verte », où se trouve l'ambassade américaine, a, une nouvelle fois été prise pour cible dans la nuit 15 au 16 février 2020. Des roquettes se sont abattues aux abords de l'infrastructure diplomatique, sans faire de victimes ni de dégâts, selon les forces de sécurité.

Avec notre correspondante à Bagdad, Lucile Wassermann

Trois explosions, suivies des sirènes d'alarme de l'ambassade américaine, ont, une nouvelle fois, brisé le silence de la nuit à Bagdad. A 3h30 du matin (heure locale), le quartier ultra-sécurisé de la « zone verte », où se trouvent la plupart des institutions politiques, a été pris pour cible : trois roquettes Katioucha se sont écrasées aux abords de l'ambassade américaine, touchant notamment une base militaire où se trouvent les forces de la coalition internationale. Une attaque qui n'a cependant pas fait de victimes, selon les troupes sur place.

Dix-neuf attaques similaires

Depuis octobre 2019, dix-neuf attaques similaires ont visé des installations utilisées par les États-Unis dans le pays. Ces tirs n'ont jamais été revendiqués mais Washington accuse les groupes armés irakiens proches de Téhéran. L'une de ces attaques avait notamment tué un sous-traitant américain le 27 décembre dernier, et déclenché l'escalade entre les États-Unis et l'Iran dans la région.

Vengeances

Depuis l'assassinat du général Qassem Soleimani et du leader irakien Abu Mahdi al Mohandes, certaines de ces factions ne cessent de menacer les États-Unis, promettant de venger les deux hommes. Des hostilités qui se sont intensifiées depuis une semaine et la fin des quarante jours de deuil observés par les chiites dans le pays.

Irak: une base militaire abritant des soldats américains visée par des roquettes