Irak: à Bagdad, les partisans de Moqtada al-Sadr continuent de réclamer la dissolution du Parlement

Plusieurs milliers d'Irakiens ont participé, ce vendredi, à une nouvelle prière à l'entrée de la zone verte de Bagdad, le quartier qui abrite les institutions du pays. Un mouvement de protestation lancé par Moqtada al-Sadr, imam chiite à la tête d'une formation politique et paramilitaire. Depuis quatre semaines désormais, les protestataires campent devant le Parlement dont ils réclament la dissolution. Cette prière du vendredi n'était pas la plus grande organisée par le mouvement, mais la contestation s'inscrit dans la durée.

Avec nos envoyés spéciaux à Bagdad, Bertrand Haeckler et Guilhem Delteil

Le thermomètre affiche 43ºC, mais ce n'est pas de nature à décourager les partisans de Moqtada al-Sadr. Munis d'ombrelles, de casquettes ou parfois de simples cartons sur la tête, ils se sont rassemblés en plein soleil pour faire avancer ce qu'ils appellent la révolution de l'Achoura, du nom de la célébration religieuse que les chiites ont marquée au début du mois.

Sur cette place située au milieu des institutions du pays, les partisans brandissaient des pancartes appelant à la chute du système. Ils réclament notamment la dissolution du Parlement, et leur nouvelle cible est le président du Conseil suprême de la magistrature, qui s'est déclaré incompétent pour accéder à leur demande.

Les partisans du chef religieux ont d'ailleurs manifesté devant l'institution judiciaire cette semaine. Au micro, l'imam compare la révolution de l'Achoura à celle menée par l'imam Hussein, le petit-fils de Mahomet, vénéré par les chiites.


Lire la suite sur RFI