"Tout ira bien", "Ma discipline est notre meilleure médecine": les slogans anti-Covid adoptés à l'étranger

Hugues Garnier
·4 min de lecture
Une affiche de prévention contre le Covid-19 à Londres le 8 janvier 2021. - Tolga Akmen
Une affiche de prévention contre le Covid-19 à Londres le 8 janvier 2021. - Tolga Akmen

"Dedans avec les miens, dehors en citoyen". C'est une toute nouvelle formule que l'exécutif va s'efforcer de marteler dans les jours et les semaines qui viennent en réponse à la reprise de l'épidémie... et au couac du week-end dernier.

Si le gouvernement se veut désormais clair avec ce nouveau slogan, force est de constater qu'il doit accompagner celui-ci d'une notice d'explication où est écrit ce qui est autorisé, et ce qui ne l'est plus. Autre précision de l'exécutif: ces recommandations ne s'appliquent qu'aux "zones avec restrictions sanitaires renforcées" et ne sont donc pas adressées à l'ensemble de la population française.

"Quand on doit accompagner son slogan d'une notice c'est bien que c'est raté, or le sujet était d'importance", note Matthieu Croissandeau. L'éditorialiste politique de BFMTV souligne la difficulté de résumer ce "mantra présidentiel qu'est 'freiner sans enfermer'".

Dimanche, c'est le ministre de la Santé Olivier Véran qui s'était essayé à l'exercice en improvisant pour Le Parisien un slogan: "s'aérer pour souffler, se distancier pour se protéger". Pas meilleur que celui retenu, selon Matthieu Croissandeau qui estime que la compréhension et la mémorisation d'un slogan de campagne de sensibilisation "doivent être immédiates".

En Allemagne, "ma discipline est notre meilleure médecine"

Chez nos voisins d'outre-Rhin, on joue la carte de la sobriété affichée sur les panneaux publicitaires: "Meine Disziplin ist unsere beste Medizin" (ma discipline est notre meilleure médecine, ndlr). Une formule qui lie l'individuel, le particulier et le collectif, ici aussi avec une rime et un hashtag #ZusammenGegenCorona (Ensemble contre le coronavirus).

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Autre campagne menée en Allemagne: celle de la lutte contre les personnes en état dépressif à cause du contexte sanitaire. Le slogan "Es ist okay" (tout va bien ndlr) est notamment affiché dans les rues berlinoises pour rappeler à la population, notamment les plus jeunes, que l'épidémie, bien que longue, est temporaire.

Le poids des mots au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni on fait court avec trois injonctions "Stay Home, Protect the NHS, Save lives". Le message est des plus clairs: "restez chez vous, protégez notre système de santé et sauver des vies". Un slogan dévoilé dès la première vague de la pandémie en 2020.

Une ligne qui est amenée à changer selon l'évolution de l'épidémie. Lorsque celle-ci freinait, le premier mot d'ordre était remplacé par un appel à la vigilance. Le message est même affiché sur la bannière des comptes Twitter et Facebook de plusieurs responsables politiques dont le Premier ministre Boris Johnson.

"Comportez-vous comme si vous l'aviez, n'importe qui peut le transmettre", "Le nouveau variant se propage rapidement, "Réduisez vos contacts pour réduire sa circulation", "Si vous sortez, vous pouvez le transmettre, des gens mourront"... Voici ce qu'il était possible de lire début janvier dans les rues de Londres alors qu'un nouveau confinement venait d'entrer en vigueur. Le tout accompagné d'une police et d'images choc qui peut rappeler la campagne française de prévention contre le tabagisme.

En Italie, "tout ira bien"

En Italie, on mise sur la responsabilité des citoyens qui ont eux-mêmes inventé leur propre slogan: "Andra Tutto Bene" (tout ira bien, ndlr) accompagné souvent d'un arc-en-ciel et accroché aux façades des immeubles et des maisons.

Une expression reprise par la chanteuse italienne Elisa mais aussi par de nombreuses autres régions du monde: "tout ira mieux" en Belgique, "ça va bien aller" au Québec.

Dans l'Hexagone on a fait donc le choix d'un "slogan territorialisé" car ne concernant "que" 21 millions de Français. "Dedans avec les miens, dehors en citoyen" ne s'appliquant donc pas, pour l'heure, à la totalité de la population française, le gouvernement s'efforce donc de garder et d'afficher sur les réseaux sociaux son mantra "national": "tenir ensemble".

"Au printemps dernier c'était la mobilisation générale et le 'nous sommes en guerre', aujourd'hui on est passé à 'tenir ensemble'. C'est la guerre de position", note Matthieu Croissandeau. "Au printemps dernier c'était le retour à des jours heureux, aujourd'hui c'est le retour à 'une vie plus normale'".

Nouveaux termes et nouveaux verbes comme avec la stratégie du fameux "tester, tracer, isoler" transformée en "tester, alerter, protéger". Pourquoi ces changements qui viennent brouiller la communication du gouvernement? "Parce qu'on est infichu de le faire", conclut Matthieu Croissandeau.

Article original publié sur BFMTV.com