Il invitait des femmes au restaurant avant de filer en douce

Par LePoint.fr

L'impénitent est visé par 10 plaintes mais il plaide non coupable. 

Attrapé par la justice, ce Casanova américain laissait chaque fois ses conquêtes seules face à l'addition, explique « Ouest-France ».


Si Arsène Lupin était le « gentleman-cambrioleur », alors Paul Guadalupe Gonzales était le roi du resto-basket, la goujaterie en plus. Cet Américain a réussi à arnaquer une douzaine de jeunes femmes à Los Angeles en Californie. Chaque fois, il appliquait le même modus operandi. Il invitait ses conquêtes au restaurant et leur répétait la même chose, « c'est pour moi, commande tout ce que tu veux, ne t'inquiète pas du prix », explique Ouest-France.

Lire aussi : Omar Sy incarnera un Arsène Lupin version XXIe siècle pour Netflix

Lui-même se fait bien entendu plaisir au moment de commander. Des vins hors de prix, du homard... Oui, mais voilà. Quelques minutes avant la fin du repas, à chaque fois, il prétextait un coup de fil à passer et s'éclipsait discrètement. Après quelques minutes à attendre qu'il revienne, les femmes flouées devaient alors se rendre à l'évidence. L'homme est un escroc et elles se retrouvent désormais seules à devoir payer l'addition.

Pas moins de 10 plaintes ont été déposées contre Paul Guadalupe Gonzales et il est désormais accusé « d'escroquerie », « vol mineur » et fraude ». Une liste d'accusations qui pourrait bien le mener derrière les barreaux. Arrêté en mars, il est toujours en détention provisoire à l'heure actuelle. Lors de l'audience, il a plaidé non coupable. Une ligne de défense qui risque d'être fragile face à ces multiples accusations. Ses victimes mettent surtout en avant un sentiment d'humiliation dans les situations vécues. « Quel (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Omar Sy incarnera un Arsène Lupin version XXIe siècle pour Netflix
Nantes : des abeilles prennent d'assaut un food truck
Paris : le proxénète russe du 16e arrondissement
Guy Orsoni, fils d'Alain Orsoni, blessé par balle à Ajaccio
Recevez la newsletter Le Point.fr