Investiture de Valls: rien ne va plus dans la 5e circonscription des Français de l'étranger

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
L'ex-Premier ministre Manuel Valls, candidat de la majorité présidentielle aux législatives dans la 5e circonscription des Français de l'étranger, à Madrid, le 12 mai 2022. | Oscar Del Pozo / AFP
L'ex-Premier ministre Manuel Valls, candidat de la majorité présidentielle aux législatives dans la 5e circonscription des Français de l'étranger, à Madrid, le 12 mai 2022. | Oscar Del Pozo / AFP

Valls contre Vojetta. La bataille promet déjà d'entrer dans les annales. L'histoire nous dira comment. L'investiture par la majorité présidentielle de Manuel Valls dans la cinquième circonscription des Français établis hors de France, pour les élections législatives de juin, le 5 mai, a pris tout le monde par surprise. À commencer par le député macroniste sortant, Stéphane Vojetta, qui crie à l'injustice et annonce une candidature dissidente, au risque de transformer l'opération en fiasco, quand l'union de la gauche fait monter les enjeux autour de ces élections.

La querelle a braqué les projecteurs sur un terrain politique aussi convoité par les partis que méconnu du public: les Français de l'étranger. C'est pourtant là que résident les nœuds du conflit qui pourrait faire capoter le parachutage de Manuel Valls à Barcelone, dans cette circonscription qui couvre l'Espagne, le Portugal, Andorre et Monaco.

L'entourage de Valls a ouvert le bal, le 3 mai, en annonçant que l'ancien Premier ministre serait le candidat au poste de député sur la cinquième circonscription des Français de l'étranger, sous la bannière Ensemble, coalition de forces politiques agglutinées autour de la majorité. «Pas que je sache», contre-attaque immédiatement Stéphane Vojetta sur Twitter. Celui qui se voit comme l'héritier légitime de la circonscription clame dans les médias qu'il s'agit d'une tentative de Manuel Valls de lui damer le pion…

Deux jours plus tard, l'information est pourtant confirmée par La République en marche (LREM), rebaptisée «Renaissance» entre-temps. «J'ai été encouragé par le président, c'est pourquoi j'ai obtenu son investiture», assure Manuel Valls à Slate.fr dans un échange par mail, laissant entendre que c'est Emmanuel Macron en personne qui l'aurait incité à se présenter.

Plus facile d'atterrir à Barcelone?

...

Lire la suite sur Slate.fr.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles