Investiture de Joe Biden: le message de Jennifer Lopez à la fin de sa prestation

Jérôme Lachasse
·2 min de lecture
Jennifer Lopez lors de l'investiture de Joe Biden le 20 janvier 2020 - BFMTV
Jennifer Lopez lors de l'investiture de Joe Biden le 20 janvier 2020 - BFMTV

Jennifer Lopez a marqué la cérémonie de l'investiture de Joe Biden avec son interprétation de This Land Is Your Land, un morceau emblématique de la culture américaine signé Woody Guthrie.

La chanteuse a lancé à la fin de sa prestation un message en espagnol, qui n'est pas passé inaperçu: "Una nacion bajo Dios, indivisible, con libertad y justicia para todos!", soit: "Une nation unie sous l'autorité de Dieu, indivisible, avec la liberté et la justice pour tous!"

"La démocratie l'a emporté"

Le choix de This Land Is Your Land, célèbre chanson du folklore américain, n'est pas anodin. Cette chanson est née en réaction au chant patriotique God Bless America d'Irving Berlin. Guthrie ne voyait pas en Dieu la réponse aux maux de l'Amérique. Il estimait au contraire que la grandeur de son pays reposait sur son peuple, qui souffrait alors après la Grande Dépression.

Cette chanson, après un mandat de Donald Trump marqué par un tournant très nationaliste, est un message fort du nouveau président Joe Biden. Celui-ci l'a d'ailleurs martelé dans son discours d'investiture: "La démocratie l'a emporté", a-t-il déclaré, avant de promettre d'être le président de "tous les Américains".

Le choix de This Land Is Your Land est aussi un clin d'œil à Barack Obama: en 2009, Bruce Springsteen et Pete Seeger l'avaient interprétée lors de sa cérémonie d'investiture.

Jennifer Lopez a aussi conclu sa prestation en clamant, en référence à un de ses singles phares: "I'm still Jenny from the block!".

Lady Gaga a chanté avant Jennifer Lopez l'hymne national américain. Une prestation puissante qui a fait l'unanimité sur les réseaux sociaux. L'artiste portait une robe très impressionnante de Schiaparelli, avec une broche à l'effigie d'une colombe, portant un rameau d'olivier dans son bec.

Article original publié sur BFMTV.com