Les investissements étrangers directs dans le monde en fort recul en 2020

·2 min de lecture

Les économistes de la Cnuced, la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement, ont présenté ce mardi un rapport sur l’investissement dans le monde en 2020. Selon leur conclusion, les IED, les investissements étrangers directs dans le monde sont en fort recul en 2020.

Dans leur rapport, les économistes de la Cnuced soulignent qu’au premier semestre, les investissements étrangers directs mondiaux ont chuté quasiment de moitié, à 399 milliards de dollars, par rapport à la même période l’an dernier. Toutefois, les économistes prévoient un ralentissement de la chute au second semestre, ce qui donnerait lieu au final à une baisse de 30 à 40% pour cette année.

Les IED se traduisent par les investissements que réalisent les entreprises en dehors de leur territoire, ce qui leur permet de s’internationaliser. Mais en raison de la crise sanitaire, elles ont préféré préserver leur trésorerie et repousser les investissements prévus.

L’étude montre que les pays riches sont les plus touchés par la baisse des investissements étrangers directs. Au cours du premier semestre, les IED se sont écroulées de 75% à 98 milliards de dollars, cela ne s’était pas vu depuis 1994.

Pour la première fois, les flux d’investissement vers l’Europe ont été négatifs au premier semestre, à moins 7 milliards de dollars contre 202 milliards un an plus tôt. L’Italie, les États Unis, le Brésil et l’Australie ont subi les plus fortes pertes. À contrario, les IED vers la Chine ont résisté et la chute a été moins sévères pour les économies en développement.

Les prévisions de la Cnuced tablent sur une moindre baisse des IED en 2021, de l’ordre de 5 à 10%, avant d’amorcer une reprise en 2022.

À lire aussi : Union européenne: le mécanisme de contrôle des investissements étrangers entre en vigueur