«Les invasions biologiques sont la deuxième cause d’extinction des espèces»

Libération.fr

Le Giec a ouvert sa 47e session plénière mardi à Paris. A cette occasion, la chercheuse Céline Bellard décrypte les conséquences dévastatrices de la prolifération des plantes et animaux invasifs.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) célèbre ses trente ans et a ouvert sa 47e session plénière à l’Unesco mardi, à Paris. Pour l’occasion, quatre chercheurs spécialistes des incidences du changement climatique sur la planète font, pour Libération, un état des lieux de ce qui nous attend. Pour le premier volet, Céline Bellard, écologue à l’University College of London, analyse l’impact du réchauffement sur les invasions biologiques.

Qu’est-ce qu’une espèce invasive ?

C’est une espèce exotique, introduite par l’homme, qui va s’étendre en dehors de son aire native, se reproduire et bouleverser son nouvel environnement. Elles ont souvent une très forte capacité de dispersion, d’adaptation, de prédation et de compétition. Les invasions biologiques sont la deuxième cause d’extinction des autres espèces.

Quel est l’impact du réchauffement climatique sur ces invasions ?

Il peut favoriser les espèces dotées de plus fortes capacités d’adaptation en profitant notamment des habitats perturbés. Il peut aussi causer leur introduction. Les événements extrêmes, comme les inondations et les ouragans qui vont se multiplier et s’aggraver, déplacent des espèces dans de nouveaux territoires. Après l’ouragan Katrina, qui a dévasté la Louisiane en 2005, des chercheurs ont trouvé plusieurs centaines de nouvelles espèces. Actuellement, des questions se posent sur les conséquences de l’ouverture des voies de navigation dans l’Arctique à cause de la fonte des glaces. Les trajets seront plus rapides d’un bout à l’autre de la planète. Certaines espèces invasives devraient réussir à survivre au transport et se déplacer dans des régions où elles n’existaient pas.

Quelles sont les régions les plus touchées ?

Principalement les pays qui ont été aux carrefours des voies de (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le Premier ministre palestinien échappe à une explosion à Gaza
Au Texas, la police soupçonne un motif raciste après une série de colis piégés meurtriers
Merkel IV Cette fois, ça y est, Berlin a un gouvernement
Tillerson Trump limoge son dernier fusible
#MeToo James Levine viré du Met