Invasion russe : pourquoi les chars occidentaux suscitent-ils autant d'espoir chez les Ukrainiens ?

© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Londres compte envoyer 14 chars lourds Challenger dans les prochaines semaines aux troupes ukrainiennes . Ce geste est le premier de ce type envers Kiev qui estime avoir besoin de 300 chars lourds. L'Otan, qui se réunit vendredi, assure que d'autres armements lourds seront envoyés dans un futur proche. Cette initiative de Londres pourrait décider l’Allemagne et la Pologne à livrer des Leopards 2. Pourquoi ce genre de matériel, malgré le faible nombre d’unités livrées, soulève-t-il un tel espoir dans les armées de Kiev ?

>> LIRE AUSSI - Livraison de chars AMX-10 RC : leur nombre bientôt fixé par Sébastien Lecornu et son homologue ukrainien

Plusieurs facteurs à prendre en compte

Dans la bataille des titans sur un front, le Challenger est un monstre comparé au principal char russe le T72. Il a été conçu en pleine guerre froide pour surclasser la série des T russes, 62 tonnes contre 42. Malgré cette masse, il est aussi rapide de l’adversaire, il tire plus loin et peut détruire un T72 à deux kilomètres de distance tout en résistant lui-même grâce à la qualité de ses blindages à un impact direct du russe.

Cela procure au Challenger et à son équipage une chance de survie décisive sur un front. Avec 14 engins et le soutien des AMX 10 français et des dizaines de transports de troupes blindés promis récemment par les États-Unis et l’Allemagne, l’armée ukrainienne pourrait monter des opérations offensives sur des points précis du front, long de plus de 800 kilomètres.

>> À LI...


Lire la suite sur Europe1