"Intrusifs" ou "tranquilles à la maison" : comment vit-on un entretien d'embauche en visioconférence à l'ère du Covid ?

Valentine Joubin
·1 min de lecture

"Je suis une personne qui aime le contact", insiste Myriam, 43 ans, avant de nous raconter son expérience malheureuse d'entretien d'embauche en visioconférence en juin dernier. Un exercice qui s'est généralisé en un an en raison de l'épidémie de Covid-19. "Je me suis retrouvée face à mon ordinateur à répondre à des questions sur l'écran. Il n'y avait personne en face de moi", se souvient cette ancienne maîtresse d'hôtel reconvertie en commerciale. En face d'elle, un simple questionnaire automatique auquel elle a dû répondre en étant filmée.

Myriam, qui avait acheté son tout premier ordinateur pendant le premier confinement, a été totalement déstabilisée : "C'était moi dans toute ma splendeur, j'ai dit 'Ils sont fous'. J'ai ri à une question parce que je m'étais plantée. Je ne sais même plus sur quelle question j'ai buggé, j'ai tout zappé en fait." Quelques mois après sa déconvenue sur Zoom, Myriam a finalement décroché un emploi grâce à un recrutement en présentiel cette fois.

Problèmes de connection et de décor

Qu'il s'agisse de Skype, Zoom ou encore Teams, l'utilisation d'un logiciel de visioconférence est "une source de stress supplémentaire" pour les demandeurs d'emploi, constate Michelle Gay, consultante en évolution professionnelle dans le Lot-et-Garonne. Il y a la peur de ne pas entendre les questions ou de ne pas maîtriser les différentes fonctions vidéo, audio... D'autant que certains recruteurs profitent de cet exercice filmé pour tester les compétences (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi