Intolérant au gluten? Une étude veut démêler le vrai du faux

AFP
Les ventes de produits d'épicerie

SANTÉ - La mode est au "sans gluten" mais la confusion règne entre "vrais" intolérants, allergiques et "hypersensibles", aux contours indécis. Du coup, un vaste programme de recherche "de la plante à l'assiette" est mené en France pour tenter d'y voir plus clair.

"Il y a trois pathologies distinctes", souligne Brigitte Jolivet, présidente de l'Afdiag, une association qui milite depuis 1989 pour faciliter la vie des intolérants au gluten. Les "vrais" intolérants, pour qui il est vital d'exclure le gluten, sont victimes de la maladie cœliaque. Cette affection détruit la paroi de l'intestin grêle et provoque anémie, diarrhées, perte de poids, douleurs osseuses, et même des retards de croissance chez les enfants.

Il n'y a pas de traitement, si ce n'est le régime sans gluten à vie. 1% de la population serait atteinte (soit 670.000 personnes en France) dont seulement 10 à 20% correctement diagnostiquées. Le deuxième groupe concerne les allergiques, beaucoup moins nombreux (0,1 à 0,5% de la population).

Un troisième groupe, les "hypersensibles", pourrait concerner 0,5 à 15% de la population, ce qui est pour le moins "vague", note Mme Jolivet. Ballonnements, fatigue, troubles digestifs sont mis sur le compte du gluten "sans preuve scientifique", selon Mme Jolivet.

Autant la maladie cœliaque répond à un diagnostic clair, sur la base d'une prise de sang (dosage des anticorps IgA) remboursée par la sécurité sociale, et confirmée par une endoscopie du duodénum (haut intestin grêle), autant les "hypersensibles" sont difficiles à cerner.

"On n'est pas sûr que le gluten soit responsable", dit Corinne Bouteloup, gastro-entérologue au CHU de Clermont-Ferrand, qui va mener une étude clinique dans le cadre du projet de recherche GlutN.

De la plante à l'assiette


Pour y voir plus clair, ce vaste programme de recherche a été lancé avec l'Institut national de la recherche agronomique, l'Inserm, et le CHU de Clermont-Ferrand notamment. "On va étudier les choses de la plante à...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post