INTERVIEW. Thomas de Pourquery sonne le retour de Supersonic

Annie Yanbékian
Trois ans après le succès de l'album "Play Sun Ra", distingué par une Victoire du Jazz, le saxophoniste-chanteur Thomas de Pourquery est de retour à la tête de Supersonic, son sidérant groupe sidéral. Dans son nouvel album "Sons of Love", il s'émancipe avec éclat de Sun ra, le compositeur qui lui avait inspiré son premier disque en leader. Rencontre.

Supersonic ne devait être qu'une association éphémère. Un groupe haut de gamme réuni pour une exploration ponctuelle du vaste univers de Sun Ra (1914-1993), jazzman américain aussi mystique et connecté que prolifique. En plus de combiner puissance, virtuosité, énergie, humour et irrévérence sur scène, le groupe a remporté la Victoire de l'album jazz de l'année 2014.

En 2016, Thomas de Pourquery, ex-rugbyman, barbu exubérant, jazzman multipliant les projets, chanteur pop chez VKNG, acteur à ses (rares) heures perdues, a sollicité les membres de Supersonic : Laurent Bardainne (saxophones), Frederick Galiay (basse), Fabrice Martinez (trompette), Edward Perraud (batterie) et Arnaud Roullin (claviers). Ils ont répondu présent et ont enregistré "Sons of Love", presque exclusivement constitué de musiques de Pourquery.

Le saxophoniste chanteur a réussi la prouesse de conserver l'esprit du premier disque tout en s'aventurant cette fois dans son propre imaginaire, nous entraînant généreusement dans un voyage envoûtant, accessible à tout un chacun, peuplé de jazz, de pop, de rock progressif et d'humanité. Supersonic présente ce nouveau répertoire le 25 avril à Paris, à la Gaîté-Lyrique, avant d'autres dates à suivre.


- Culturebox : À la base, Supersonic a été fondé pour un projet ponctuel autour de Sun Ra, avec le succès que l'on sait, critique et public. À quel moment a émergé l'idée d'une suite ?
- Thomas de Pourquery : Il s'est passé un truc assez fou. Au départ en effet, je n'imaginais pas jouer un "Play Sun Ra volume 2". On n'est pas un groupe de covers... On n'est même pas un tribute band, puisqu'on aborde ces musiques comme des standards [ndlr : avec des arrangements propres aux interprètes]. Mais on jouait la musique d'un compositeur, Sun Ra. Et moi, entre syndrome de la page blanche et auto-flagellation, je me disais : "Mais qui suis-je pour écrire de la musique après ce mec ?" Jusqu'à ce rêve que j'ai fait, une nuit de février 2016. Je ne fais (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr



Thomas de Pourquery explore l'univers de Sun Ra
Babx, Minvielle, Pourquery, le sublime hommage à Nougaro
Thomas de Pourquery, jazzman supersonique
VKNG, l'échappée pop de Thomas de Pourquery et Maxime Delpierre
Pourquery, Peirani et Parisien triomphent aux Victoires du Jazz 2014

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages