INTERVIEW. Sandrine Kiberlain à deux âges de la vie dans "La Belle et la Belle"

Odile Morain
Sandrine Kiberlain est à l'affiche du nouveau film de Sophie Fillières, "La Belle et la Belle", une histoire troublante sur le temps qui passe. Comédienne au théâtre et au cinéma, mais aussi chanteuse, Sandrine Kiberlain est l'invitée du magazine "20h30, le dimanche". Elle évoque son parcours, ses envies et ses choix. Elle est rejointe par Alexandre Desplat, le compositeur récemment oscarisé.

Daniel Mesguich dit d'elle qu'elle "n'est pas la plus ambitieuse, mais la plus travailleuse", depuis près de trente ans, Sandrine Kiberlain illumine le cinéma. Une force de travail et une curiosité insatiable qui l'a fait explorer la vie et les arts. Elle joue la comédie aussi bien qu'elle porte les rôles dramatiques, décalée, acharnée, toujours un peu amusée, Sandrine Kiberlain est l'invitée de Laurent Delahousse dans le magazine "20h30 le dimanche" pour son nouveau rôle dans "La Belle et la Belle", réalisé par Sophie Fillières. Un film qu'elle juge elle-même "très cinématographique".
Le compositeur Alexandre Desplat, récompensé d'un Oscar de la meilleure musique de film pour "La Forme de l'eau" les rejoint en fin d'émission.

Le temps qui passe

Plus jeune, on disait d'elle qu'elle était trop longue, trop blonde, qu'elle avait trop de taches de rousseur. Une multitude de petits "Trop" qui inscrivent son nom à plus de cinquante films en trente ans. Sandrine Kiberlain est de retour au cinéma dans le film de Sophie Fillières. Elle se partage l'affiche avec Agathe Bonitzer et Melvil Poupaud dans "La Belle et la Belle", sur les écrans le 14 mars. Un rôle singulier dans lequel elle joue Margaux, 45 ans, qui rencontre... Margaux, 20 ans. Le tout les unit, il s'avère qu'elles ne forment qu'une seule et même personne, à deux âges différents de leur vie. Une parabole sur le temps qui passe qui raconte une drôle de rencontre avec soi-même, 25 ans plus tôt.  

Reportage Nicolas Lemarignier
"La côté irréversible de la vie me touche, j'essaie d'utiliser au mieux les moments à venir", confie-t-elle. La comédienne a découvert depuis peu le réseau social Instagram sur lequel elle poste des photos et immortalise des moments d'intimité. "J'en dis un peu sans en dire trop", dit-elle. C'est aussi une jolie tribune pour rire d'elle. Elle poste récemment une photo d'un  lévrier afghan, un chien au long cou, au grand nez, et aux poils dans les yeux. "Je trouve que (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr

Sandrine Kiberlain signe "Bonne figure" : le cinéma qui déshabille les femmes
Le compositeur français Alexandre Desplat décroche son deuxième Oscar
Julie Gayet, illustre marraine de la fête du court-métrage
Pour la justice "50 nuances plus claires" doit être interdit aux moins de 12 ans
François Cluzet dans "Le collier rouge" adapté du roman de Jean-Christophe Rufin