INTERVIEW. Paul Lay, deux albums qui mettent le jazz en fête

Annie Yanbékian
Le pianiste Paul Lay a sorti simultanément deux albums, "Alcazar Memories" et "The Party". Le premier, concrétisation d'un projet créé à Marseille, révèle une chanteuse fascinante, Isabel Sörling. Le second, qui reprend le titre du film de Blake Edwards, nous plonge dans une soirée festive... Deux disques, deux pépites. Paul Lay les présentait mercredi à Paris. Il est en tournée. Rencontre.

Grand Prix Charles-Cros Jazz en 2014 pour l'excellent "Mikado", Prix Django Reinhardt 2016 (décerné par l'Académie du Jazz), Paul Lay, 32 ans, poursuit un parcours foisonnant entre ses projets en leader et ses nombreuses participations, avec le groupe Ping Machine, la saxophoniste Géraldine Laurent ou le chanteur Hugh Coltman, pour ne citer qu'eux.

Le 17 février dernier, le pianiste natif du Béarn a lancé deux albums sur le label Laborie Jazz auquel il est fidèle. Deux disques enregistrés en trio mais avec des musiciens différents : la chanteuse suédoise Isabel Sörling, connue des passionnés de jazz et de folk, et le contrebassiste Simon Tailleu pour "Alcazar Memories" ; le batteur belge Dré Pallemaerts et le contrebassiste néerlandais Clemens Van Der Feen (deux membres du quartet de "Mikado") pour "The Party", suite sur le thème de la fête. La critique jazz s'enflamme, nous aussi. "The Party" et "Alcazar Memories" sont disponibles en coffret ou à l'unité.

Mercredi soir à Paris, Paul Lay réunissait les deux trios au Café de la Danse pour jouer les répertoires des deux disques. De nombreuses autres dates sont prévues dans différentes villes pour jouer l'un ou l'autre de ces projets.


- Culturebox : Pourquoi avoir lancé vos deux nouveaux projets au même moment ?
- Paul Lay : L'une des principales raisons est liée au calendrier des groupes. Lorsque nous avons enregistré les deux albums en juin 2016, je savais déjà qu'à la mi-février 2017, j'aurais une tournée au Japon avec le trio The Party. On a réfléchi avec Jean-Michel Leygonie [ndlr : patron de Laborie Jazz]. J'ai aussi demandé un conseil purement amical à Laurent de Wilde [ndlr : pianiste de jazz], qui sait répondre à mes interrogations de musicien apprenti dans le métier. Il m'a dit que ça pourrait être une très bonne idée de présenter les deux albums dans un même coffret, avec ces deux projets que je souhaite mener de front : deux trios avec leur son, leur univers, différents et complémentaires.

- (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr



Paul Lay, la belle promesse du piano jazz
Académie du Jazz : Paul Lay grand vainqueur de l'édition du soixantenaire
Ping Machine fait coup double avec "Easy Listening" et "Ubik"
Hugh Coltman et les ombres de Nat King Cole
Jazz à Vienne : Hugh Coltman et Diana Krall, les voix de la séduction

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages