INTERVIEW - Olympe (The Voice) : "Aujourd'hui, je suis plus fort que jamais"

·1 min de lecture

Huit ans déjà que les téléspectateurs ont fait connaissance avec un certain Olympe. C'est dans la seconde saison de The Voice que le chanteur originaire d'Amiens a fait sensation. Après deux albums, il a repris sa carrière en mains, fait une grande pause, et s'apprête à revenir sur le devant de la scène. Olympe sortira le 7 mai prochain son nouveau single, Fort, annonciateur d'un futur album à sortir avant la fin de l'année. Le jeune homme que l'on retrouvera à la rentrée dans la saison all stars de The Voice, sur TF1, promet un "album positif" où les chansons nous feront nous sentir "plus forts". Dans cette interview pour Gala.fr, Olympe s'est également confié sur son combat pour adopter un enfant avec son mari. Un entretien à coeur ouvert.

Gala.fr : Comment allez-vous depuis The Voice ?

Olympe : Ça va ! Après l'émission, je suis passé par plein d'états : l'excitation, le travail, les tournées... Après The Voice, ça a été un tourbillon, le rythme a été soutenu, je n'ai pu réfléchir à rien. Ça m'a même fait perdre pied. Je voyais le temps défiler. C'est-à-dire qu'après l'émission, mon grand-père et mon arrière-grand-père sont morts et je n'ai pas pu aller aux enterrements à cause de ces projets. Je me suis laissé bouffer et je n'ai pas été assez présent pour ma famille. Ensuite, je me suis beaucoup remis en question. Puis j'ai décidé de tout stopper, sauf les concerts.

Gala.fr : En 2013, vous aviez été jusqu'en finale de l'émission avec Jenifer. Quel souvenir gardez-vous de l'aventure (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Divorce de Brad Pitt et Angelina Jolie : que devient le château de Miraval ?
Harry comme "un lapin pris dans les phares" aux Etats-Unis : ce n'est plus la joie...
INTERVIEW - Lucie Lucas actrice engagée : "Le coronavirus n'est qu'une péripétie"
Leonor d'Espagne et sa soeur Sofia : une relation aussi fusionnelle et compliquée que celle de William et Harry
Kate Middleton plus maligne que Meghan Markle : comment elle s'est mis le staff royal dans la poche