Interview de Meghan et Harry: le prince Albert de Monaco critique un "étalage public"

Benjamin Pierret
·2 min de lecture
Albert II de Monaco - -
Albert II de Monaco - -

La monarchie monégasque a peu goûté l'interview-choc de Meghan et Harry. Le prince Albert II de Monaco fait part ce vendredi de ses réserves quant à cet entretien accordé à Oprah Winfrey au début du mois, dans lequel le duc et la duchesse de Sussex se sont livrés à des confessions qui ont ébranlé la famille royale britannique.

"Je pense que ce genre d'étalage public de mécontentement - c'est le moins que l'on puisse dire - ce genre de conversations, devraient se tenir dans l'intimité de la famille", déclare le prince Albert dans une interview à la BBC. "Il n'y a pas besoin de les divulguer dans la sphère publique de cette manière. Cela m'a un petit peu dérangé."

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Je peux comprendre les pressions qu'ils ont ressenties", ajoute le prince Albert, "mais je trouve que ce n'était pas la manière la plus appropriée pour permettre d'avoir ces discussions." Et de souhaiter "le meilleur" au prince Harry: "J'espère qu'il aura le discernement et la sagesse nécessaires pour prendre les bonnes décisions."

Crise à Buckingham

Durant leur interview accordée à Oprah Winfrey, Meghan et Harry ont expliqué les raisons qui les ont poussés à abandonner leur rôle de premier plan au sein de la famille royale, début 2020. Le couple désormais installé en Californie a évoqué la détresse de Meghan Markle face aux attaques des tabloïds, le manque de soutien de Buckingham, mais aussi une conversation au cours de laquelle un membre de la famille se serait inquiété de la couleur de peau de leur fils Archie, alors que la duchesse de Sussex était enceinte. Oprah Winfrey a précisé par la suite que cette personne, dont l'identité n'a pas été divulguée, n'était ni la reine Elizabeth II ni son époux, le prince Philip.

La monarchie britannique a rapidement réagi, notamment sur les accusations de racisme. La reine Elizabeth II a assuré dans un communiqué qu'elles étaient "prises très au sérieux" et qu'elles seraient "traitées par la famille en privé". Le prince William s'est également exprimé lorsqu'un journaliste l'a interpellé au cours d'un déplacement: "Nous ne sommes pas du tout une famille raciste", a-t-il déclaré.

Article original publié sur BFMTV.com