INTERVIEW - Lucie Lucas actrice engagée : "Le coronavirus n'est qu'une péripétie"

·1 min de lecture

Dix ans que les Français suivent ses aventures dans la peau de Clem, dans la série du même nom sur TF1. Lucie Lucas est devenue une personnalité phare du petit écran. La comédienne se décrit volontiers comme une citoyenne du monde, et pour cause, elle se bat pour une planète plus propre, un monde plus écologique. Pour être en phase avec ses idées, elle a emménagé dans la campagne bretonne il y a quelques années avec son mari Adrien et ses trois enfants, Lilou (11 ans), Moïra (9 ans) et Milo (3 ans). Pour Gala.fr, à l'occasion de la diffusion de la fin de la saison de Clem, sur TF1, ce lundi 3 mai, Lucie Lucas se confie et répond cash à toutes nos questions.

Gala.fr : Dans cette saison, vous devenez grand-mère. Ca vous a chamboulé ?

Lucie Lucas : La boucle se boucle, mais ce n'était pas si perturbant que ça à jouer. Une actrice de 43 ans m'avait dit il y a quelques années qu'elle rêvait de devenir grand-mère, ce qui vu son jeune âge m’a surprise. Mais finalement je suis d’accord avec elle. C’est quelque chose dans lequel je me projette facilement.

Gala.fr : Même si vos enfants sont encore petits, vous êtes-vous projetée ?

Lucie Lucas : Même si l’expérience me tente, j’avoue que c’est encore un peu tôt (rires). En tous cas c'était agréable à jouer, même si j’appréhende toujours de tourner avec des bébés. Pas envie de les déranger dans leur cycle, mais tout s'est bien passé.

Gala.fr : Clem, c'est plus qu'un rôle, ça peut être un exemple !

Lucie Lucas : En effet, Clem est un bel exemple (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Leonor d'Espagne et sa soeur Sofia : une relation aussi fusionnelle et compliquée que celle de William et Harry
Kate Middleton plus maligne que Meghan Markle : comment elle s'est mis le staff royal dans la poche
Elizabeth II sur le point de tourner la page Buckingham ? Révolution au palais
Sylvie Ortega dévoile le visage de la petite-fille de Sheila... le portrait craché de son père
Cyril Hanouna : son tacle cinglant à Jean-Michel Blanquer n'est pas passé inaperçu