Interview. “Non, Haïti n’est pas un pays maudit !”

·2 min de lecture

Alors que le dernier bilan du séisme du 14 août fait état de près de 2 200 morts, Frantz Duval, rédacteur en chef du plus grand quotidien du pays, Le Nouvelliste, revient, pour Courrier international, sur l’ensemble des maux qui frappent Haïti. Il s’insurge contre l’idée d’une “malédiction” inéluctable, terme employé à mauvais escient, selon lui, au sujet de ce pays des Caraïbes.

Courrier international : Vu de France (et d’ailleurs), Haïti est un pays définitivement “maudit”. Est-ce le terme adéquat ?

Frantz Duval : Ceux qui évoquent une “malédiction” parlent trop vite, sans prendre le temps de remonter l’histoire d’Haïti de ces derniers siècles. Pays d’esclaves devenu indépendant en 1804, pays étouffé dès sa naissance par une dette faramineuse imposée par la France, puis handicapé par la mauvaise gouvernance, la dictature, la corruption, etc.

À lire aussi: Opinion. Haïti, de catastrophe politique en catastrophe tellurique

Il y a une contradiction entre la perception du pays et sa réalité, contradiction qui peut s’expliquer par l’accumulation de catastrophes naturelles et humaines que nous avons connue au fil du temps, les mauvaises décisions des différents gouvernements, l’ingérence maladroite et intéressée de la communauté internationale, l’absence de politiques publiques mais aussi la fabrication, depuis toujours, d’une image du “tout-désastre” pour montrer qu’il est impossible pour d’anciens esclaves de construire une nation.

Personne en Haïti ne croit que le pays est maudit. Il est pauvre, politiquement instable, vulnérable aux menaces naturelles : multiples séismes, ouragans, etc. Il a besoin d’établir d’urgence un système de gestion des risques. Le cercle est infernal, mais rationnellement on peut tout expliquer sans recourir à une quelconque malédiction.

À lire aussi: Séisme. “En Haïti, la vraie catastrophe n’est pas celle que vous croyez”

Certains accusent le colonialisme français ; d’autres, une mauvaise gouvernance depuis

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles