Interview exclusive de Jean-Louis Étienne sur son expédition Polar Pod en Antarctique

·2 min de lecture

Jean-Louis Étienne interviendra au cours de l'événement Maddy Keynote au sujet du Polar Pod le 14 septembre, entre 13 h 30 et 13 h 50.

Tout d'abord, comment vous avez eu l’idée de cette expédition ?

Jean-Louis Étienne : Ce qui fait l'originalité de ce projet, et qui m'en a donné l'idée, c'est que les publications sur cet océan se terminent par la même phrase : « On a besoin de mesures in situ de longue durée ». Il y a un manque de connaissance de cet océan. Le défi est : comment rester sur cet océan de tempêtes dans de bonnes conditions de sécurité et de confort ? Je suis autant intéressé par la technologie que par la science, je suis un bâtisseur et, avec le bureau d’architecture navale Ship ST de Lorient, nous avons conçu le Polar Pod.

Vous faudra-t-il une préparation physique particulière pour embarquer à bord du Polar Pod ? Les conditions météo sur l'océan Austral sont souvent très éprouvantes.

Jean-Louis Étienne : Pas vraiment, c'est un vaisseau beaucoup plus confortable qu’un bateau ! Grâce aux 80 mètres de tirant d'eau, on sera pris dans des eaux profondes, stables. À la surface, on a un treillis, ça n'a pas la surface d'un bateau et les vagues passent à travers.

Participerez-vous à l'expédition ?

Jean-Louis Étienne : Bien sûr, surtout au début sur l'Indien pour regarder comment ça marche car cela fait longtemps que j'y réfléchis. Je suis l'inventeur de l'histoire, je suis l'entrepreneur qui la rend possible et j'assume la logistique. J'aimerais faire deux mois sur chaque océan (le courant circumpolaire Antarctique relie les eaux des océans Atlantique, Indien et Pacifique, ndlr).

Pouvez-vous rappeler quels sont les quatre axes de recherche de l'expédition ?

Jean-Louis Étienne : Cette campagne océanographique est une rare opportunité pour faire un large éventail d’observations, de prélèvements, de mesures au long cours sur un océan encore mal connu. Le premier axe concerne les échanges entre l'atmosphère et l'océan car l'océan Austral est le principal puits de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles